Translate

Les matins d'école... et ses galères

vendredi 15 septembre 2017

6h15: le réveil sonne...

6h30: énième rappel, m**de je suis à la bourre.
Deux filles enrhumées = nuit entrecoupée avec le mouche-bébé et réveil ultra compliqué.


Je saute dans mes fringues intelligemment préparées la veille (je suis fière de moi dans ces moments-là).
Tasse de café prête dans la foulée, parfait ! Je me dis que ce n'est pas si dur et que c'est un poil trop facile.



6h45: au top !
Et puis là le chéri me ramène à la réalité en me rappelant un petit détail (important quand même) les filles.

Ah oui c'est vrai qu'il faut réveiller les filles, ces petites marmottes qui dorment à présent si bien après avoir bien pourrie ta nuit.

C'est à ce moment précis que les galères commencent.


Tant pis pour le café dans moins d'une heure nous devons être dans le bus pour aller à l'école.
(ndlr: Ce sera le cas en attendant de faire réparer notre voiture ou d'en acheter une autre à voir...je n'en peux plus ça fait deux mois que tout nous lâche on a la poisse cette année).

Et là tu regrettes d'avoir choisi une école privée en plein centre-ville si facile d'accès en voiture et compliquée à pieds.



7h10: pauvre Nina à peine réveillé déjà habillée, une tartine fourrée dans la bouche, je tente une jolie coiffure devant "la maison de Mickey", mission impossible on se rabat sur des petits noeuds en satin.



7h20: "Chérie la petite ne veut pas de son bib, je te le met dans le sac à langer. Je te laisse je dois me préparer." 
Pas de soucis je gère enfin à quelques détails près...


Le bus passe dans dix minutes, aller bébé maman va te mettre une jolie fourrure par-dessus ton pyjama.
"Chaton tu crois que ça va se voir dans la poussette ?" mais non t'inquiètes me répond le mâle.



Nous voilà donc à présent dans le bus, on a réussi l'exploit de trouver une micro place, caler entre deux collégiens et leurs immenses sacs de cours (je sens que le trajet va être long, je regrette mon café).


A califourchon sur la poussette tentant de donner son bib l'air de rien à ma pépette, c'est bien sûr à ce moment-là que pépette numéro 1 réclame les dessins-animés sur mon portable.
Ce fût donc Peppa Pig que l'on entendit en fond sonore.
Je vous ai dit que le trajet me paraissait durer une éternité ?



8h00: nous sortons enfin du bus infernal, nous laissons quand même passer le troupeau de lycéens devant nous s'échappant du bus telle une horde en furie. C'est là qu'une question me traverse l'esprit: "j'étais comme ça à leur âge moi aussi?"



8h15: au final contre toute attente nous sommes en avance et je décide donc d'accorder (surtout à moi-même) une pause bien méritée dans un joli square avec fontaine (que Nina s'empresse aussitôt d'essayer jetant des cailloux et faisant glousser sa sœur au passage).


La pause se transforme donc en une mère criant: "Nina tu vas finir trempée avant d'aller en classe !"
Note à moi-même: choisir un lieu sans eau la prochaine fois.



8h25: nous attendons devant le portail au milieu des autres parents.
Tout ce beau monde à l'air tiré à quatre épingles, je décide donc de miser sur l'accessoire indispensable à toute maman: la paire de Rayban ! 
Elle a super bien caché mes cernes de panda.
En attendant je vois des enfants pleurer dans les jambes de leurs parents.



8h30: les portes s'ouvrent mais avant que l'on fasse un pas, Nina me serre fort contre elle en me disant: "tu es une maman rigolote, on s'amuse bien. Je t'aime beaucoup gros comme ça".



Finalement je m'en sors pas si mal,
... jusqu'à la sortie du midi.





Liachka ♥



















 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire